Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

On se demande ici quand on en finira avec la pulsion de l'expulsion, c'est presque psychanalytique cette affaire-là, mais c'est le stade banal où nous en sommes aujourd'hui, les corps étrangers nous sont étrangers avant de nous être des corps. Car ça ne va pas bien mieux pour les Dessoy, à Gives, vous vous souvenez, Roland, Samson et Ulysse, autre chronique nomade, les gens du voyage, des Gitans wallons souhaitant habiter leur propre région. Ils attendent toujours leur permis de bâtir et on se demande, à ce qu'on a appris, si ce ne sera pas plutôt un permis de partir, ah, pourquoi n'existe-t-il pas de charters pour nos propres précaires, il nous faudrait de nouvelles Australies, des continents vierges où les envoyer biner. Mais les mers avancent et les falaises s'affaissent : il n' y a plus d'aller simple, car plus rien, vous le savez bien, n'est simple.
Et dans cet océan où novembre retire les promesses de l'été, une nouvelle nous vient de Roisin, ma première chronique de cette saison, où le petit musée consacré à Emile Verhaeren et qui était vide et déserté, sera bientôt, nous informe-t-on, rouvert et habité. On est content pour l'âme du poète. Et pour les gens qui l'ont portée. Voilà au moins, une mobilisation qui va au bout de sa victoire.
Et c'est ainsi Pascal, qu'il nous faudra apprendre à perdre beaucoup et à gagner un peu. Gagner un peu. Gagner peu. Ça va ensemble. Ah, on trouve qu'il y a décidément beaucoup trop de peu, dans ce monde. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.