Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

La chancelière Angela Merkel confessait hier que la chute du Mur avait été une surprise pour elle comme pour tout le monde, bon il paraît qu'elle était au sauna ce soir-là, mais moi-même, le soir du 9 novembre 1989, quand l'on m'a annoncé la chute du Mur, je n'étais pourtant pas enfumé et j'ai répondu : "et si on passait aux choses sérieuses ?". Et pourtant, passer de la pince du rideau de fer à la pioche du Mur de Berlin, avouez, Pascal, il est des enquêtes plus difficiles à mener. Ce que je disais, n'est-ce pas, de l'aveuglement et de l'invisibilité… On l'a déjà seriné dans ces chroniques, nous ne sommes décidément pas contemporains de notre propre histoire. Ce doit être pour ça que nous raffolons tellement des commémorations.
Il y a pourtant des gens qui voient et le font savoir. Je me souviens qu'un écrivain hongrois - quel est son nom, je ne le sais plus, si quelqu'un pouvait m'aider, on est pas seulement aveugle on peut être aussi oublieux, c'est la même chose- avait écrit, à peine le rideau entamé entre la Hongrie et l'Autriche qu'il faudrait tout faire désormais pour que l'Europe reste un continent et ne devienne pas un problème, je cite de mémoire. C'était visionnaire. Et c'est curieux, mais la question que nous nous posons aujourd'hui sur l'Europe, c'est de savoir si Yves Leterme va redevenir Premier ministre de Belgique. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.