Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Privatiser la police, vous voulez rire, enfin, vous voulez dire : je veux rire ? Même pas Pascal. Je serais pandore, je me méfierais. Déjà que des sociétés privées s'occupent des PV sur les vitres de nos voitures, je ne sais pas, si j'étais de la maréchaussée, si je verrais d'un bon œil la multiplication des caméras de surveillance. Il y a quelques jours l'on votait dans ce pays, sans que cela préoccupe grand monde, l'augmentation du nombre de ces œilletons et l'on légiférait également sur leur utilisation, car elles pourront désormais être mobiles, un peu comme des radars : elles pourront surveiller, traquant le flagrant délit, telle manifestation, tel défilé ou, allez imaginer, tel piquet de grève. De sorte que l'on se demande si les caméras de surveillance, ce ne serait pas pour les policiers, ce qu'est le self scanning pour les caissières de grande surface. Un truc qui vous fait sentir inutile. Qui disqualifie votre métier comme le disait récemment Matéo Alaluf chez Martine Cornil.
Et d'ailleurs, n'est-ce pas en Grande-Bretagne, pays phare de la surveillance électronique, que n'importe quel internaute pourra désormais regarder en ligne et en direct ce que filment ces caméras, charge à lui, à cet internaute, de dénoncer contre rémunération les délits qu'il verrait se commettre ?
Je vous le dis, Pascal, à partir du moment où n'importe qui peut faire le travail d'un autre, c'est qu'on n'accorde que peu de prix et beaucoup de mépris à ce métier. J'ai une idée. Et si on devenait tous les surveillants de nos rues et les gardiens de notre propre sécurité ? Et j'ai déjà un nom, on appellerait ça des "policiers de quartier". Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.