Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2009
   


 
 

:


En ce jour du mardi 13 octobre 2009,
Pour qu'une société démocratique fonctionne plus ou moins correctement, Pascal, il faut qu'au moins deux conditions, nécessaires mais non suffisantes, soient remplies : une police contrôlée et une presse libre.
Pour qu'au moins l'usage du monopole légitime de la violence de l'une soit compensé par la contestation de l'autre. Et je ne vais pas vous raconter ici, Pascal, à quel point les relations entre la force publique et les mass média, comme on disait dans un autre temps, sont souvent difficultueuses.
Voici peut-être le moment de signer une sainte alliance. Car voilà, on apprenait l'autre samedi que la police, pas plus que la presse, n'échappera aux conséquences de la crise et de ses effets budgétaires.
C'est la ministre de l'Intérieur Annemie Turtelboom qui l'annonçait : la moitié des policiers qui prendront leur retraite en 2009 et 2010 ne seront pas remplacés. Soit 300 postes sur 600. Mais attention, dit la ministre, la mesure est temporaire et il faudra utiliser ce délai-là pour "redéfinir les tâches de la police fédérale". Et quand on entend ces mots-là : "redéfinir les tâches", quelque chose tintinnabule à nos oreilles. C'est à peu près comme cela que s'annoncent désormais les privatisations. (...)