Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Ainsi écrivit une poétesse obsédée toute sa vie par la mort et la mer et qui un jour d'octobre 1938 marcha dans la mer, y entra et s'y enfonça.
Et cette chanson, je voulais qu'elle soit aussi pour le miliaire argentin Julio Alberto Poch qui a été arrêté voilà dix jours en Espagne. Il ne s'y attendait pas, il résidait au Pays-Bas, en avait pris la nationalité et exerçait le métier de pilote de ligne. Il a 57 ans, Julio Poch. Cela veut dire que lorsqu'il précipitait de son avion des opposant politiques à la dictature du général Videla, il avait quelque chose comme 27 ans. Car c'était ça son job : balancer des "terroristes" à la mer. C'est d'ailleurs comme ça qu'il se défend, que c'était des terroristes et qu'on les avait drogués, avant, par humanité. Pour le reste, Julio Poch ne voit pas ce qu'on lui veut avec ce qu'on appelle "les vols de la mort" qui composèrent un charnier marin de plusieurs centaines de personnes dont, par exemple, Azucena Villaflor, qui fonda le mouvement des mères de la Place de Mai, les folles, vous savez bien… On lui dédie donc cette belle chanson, à ce sale type, parce qu'il faut toujours se méfier des mains anonymes qui barrent des noms dans des registres. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.