Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2009
   


 
 

:


En ce jour du lundi 5 octobre 2009,
Nous vivons ces temps-ci l'exode discret de vieilles dames qui n'ont pas chanté pour passer le temps...
Il y a quelques mois, c'était Myriam Makeba, d'Afrique du sud, et là, maintenant, c'est Mercedes Sosa d'Argentine, qu'on appelait la Negra et qui elle aussi avait vécu en exil sous une dictature, et là nous venons d'entendre un extrait de "Alfonsina y el mar" et je vous jure qu'il y a des jours où on signerait bien pour que de la musique remplace une chronique.
Cette chanson, c'est elle sans doute qui l'incarnait le mieux, mais elle n'est pas d'elle, ce n'est pas non plus un traditionnel, c'est une mélodie écrite par Ariel Ramirez -celui qui composa cette magnifique "Missa Criolla" vous savez - en hommage à quelqu'un que nous ne connaissons pas du tout ici, la poétesse Alfonsina Storni, dont voici quelques vers et ce sera un deuxième hommage : " Le jour où je mourrai, la nouvelle suivra les pratiques d'usage. Et aussitôt, de bureau en bureau, sur les pages des registres, on cherchera mon nom. Et là-bas, loin, dans un petit village qui dort à poings fermés au soleil des montagnes, sur mon nom, dans un très vieux registre, une main anonyme tracera une croix". (...)