Lautresite, le jour, les billets du mois de octobre 2009
   


 
 

:


En ce jour du jeudi 1er octobre 2009,
On se demande si, avec Roman Polanski, l'on n'est pas en train de revivre un épisode de la trahison des élites, déjà vue à l'œuvre avec le référendum sur le Traité européen, il y a quelque temps.
Vous vous souvenez, hein, Pascal, quand une sorte d'union sacrée des médiatiques et des politiques avait rejeté loin la possibilité que lecteurs et électeurs prennent leurs injonctions pour autre chose que parole d'évangile. On sait ce que ça a donné. Et j'en parle à l'aise car j'étais plutôt du côté du oui, moi, à l'époque.
Mais enfin, à lire ce qui s'écrit sur les blogs et à entendre ce qui se dit dans les bistrots, on a l'impression d'une répétition du même. D'un clivage entre ce qui est pignon et ce qui est opinion, oserait-on dire. D'un côté, le monde du cinéma, presque unanime à ce qu'on lit, à soutenir Polanski en pointant le traquenard suisse, la malignité de la justice américaine et la suspicion d'intrigues en sous-mains. Sur cette question Bertrand Tavernier, dans le Monde, y va fort : " Les Suisses sont formidables ! dit-il. On parle d'une loi censée combattre le trafic de drogue, le secret bancaire, l'évasion fiscale, et la première victime qu'ils trouvent, c'est un artiste ! (...)