Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Je ne pense pas spécialement qu'une malédiction plane sur les lieux et les gens que je visite, je pense plutôt que ces lieux révèlent une malédiction, c'est la leur, mais c'est la nôtre, c'est quand des gens sans droits sont aussi hors-la-loi.
En d'autres lieux, pourtant, l'on considérerait peut-être que ces occupations d'immeubles vides par des gens sans logement font partie des "accommodements raisonnables" qui font que, finalement, une société tient ensemble. Hier s'ouvraient à Bruxelles, et pour un an, les Assises de l'Interculturalité. Je vous en touchais un mot la semaine dernière et Guy Haarscher en parlera dans quelques minutes de ce long débat qui entend proposer des initiatives concrètes sur la manière, comme on dit, "de vivre ensemble avec nos différences culturelles, religieuses ou ethniques".
C'est pas très facile à prononcer, interculturalité. C'est peut-être pour cela que l'on préfère, d'ordinaire, dire "multiculturel", ça va plus vite. Mais parler plus vite ne veut pas dire que l'on dit tout. L'interculturel suppose que l'on veuille vivre avec les autres quand le multiculturel constate simplement que l'on vit côte à côte. Et donc, lorsque l'on dit "interculturel", l'on dit aussi la détermination que l'on porte et les rêves que l'on a d'aller vers l'autre. Et on pense alors qu'on pourrait faire avec le social ce que l'on fait pour la culture. On veut dire : passer du multisocial à l'intersocial. Pourquoi pas, n'est-ce pas ? Allez, Pascal, courons vite le dire aux huissiers. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.