Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2009
   


 
 

:

En ce jour du lundi 21 septembre 2009, C'est fou, Pascal, comme la publicité dit la vérité. Car où va se nicher notre patience ? je vous le demande.
Tenez, regardez : hier nous étions rendus à notre dimanche annuel sans voiture dans ma ville capitale. Et à chaque fois je me dis : heureusement que les voitures ne circulent pas pendant les dimanches sans voitures. Parce que remarquez bien que les modes de déplacement doux ne sont pas toujours des modes doux de déplacement. C'est un jour de l'année où la ville semble ralentie autant qu'accélérée, le vocabulaire urbain change, rien n'est plus prioritaire. Peut-être après tout que ce n'est pas un dimanche sans voiture, mais une version postmoderne du carnaval. Tout semble possible et licite ce jour-là. C'est un jour de coudoiement et de transgression, un jour collectif, électrique et festif où le vivre ensemble fait aussi un peu peur. On regarde partout. Et on se garde de tout. C'est un jour, je vous le dis Pascal, qui rend les ronds-points carrés. Et là, à la radio, tandis que j'écris, j'entends : "c'est le dimanche sans voiture, piétons et vélos prennent la ville d'assaut". On se dit, c'est étonnant ces termes militaires, le jour où la ville est ouverte, qu'elle est à nous, c'est-à-dire à tout le monde. Je sais, vous allez me dire, vous vieillissez, Paul. Sans doute, Pascal. Mais voyez-vous, c'est que je ne me suis pas encore résigné à prendre ma carte à la Ligue des impatients. (...)