Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

J'ai vu des gens, Pascal, qui voulaient défendre des poètes, d'autres qui se souhaitaient citoyens du monde, d'autres encore qui auraient voulu que l'esperanto leur délie les langues, d'autres enfin qui entendaient mener leurs utopies jusqu'au bout. Et pour moi qui fais de la radio avec un bic et du papier, Pascal, je peux attester et signer que cette bonne humeur est du plus grand sérieux, que ces petites et grandes inventions existent pour que l'on s'en serve ou que l'on s'en inspire, qu'il y a ici et là, mais partout en vérité, des pépites citoyennes que l'on ne sait pourquoi on s'empresse vite d'enfouir.
Ça m'a fait penser à un article lu récemment dans le Monde, une chronique d'Italie, elles sont souvent très belles, de mon confrère Phlippe Ridet qui revenait sur ce gagnant devenu subitement scandaleusement riche du Superenalotto transalpin, plus de 147 millions d'euros, vous imaginez, même mon copain Paolo, je suis sûr, y joue. Il y citait un extrait d'un éditorial du quotidien l'Unita qui, dressant un parallèle entre le goût des Italiens pour les jeux de hasard et leur réticence à payer des impôts écrivait ceci : "Les Italiens ont brûlé des milliards en une année au Lotto, où chacun a une chance sur 620 millions de gagner. Si l'Etat leur avait demandé une telle somme pour financer sa Recherche, par exemple, il y aurait eu un soulèvement".
C'est curieux, mais tout à coup, Pascal, j'ai eu l'impression que, chez nous, comment vous dire, c'était les citoyens qui financaient eux-mêmes la recherche de leur pays. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.