Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

A Roisin, le nom d'Emile Verhaeren figure sur le monument aux morts. Il n'a pourtant pas combattu, n'est pas mort au feu, mais on a compris ici que la guerre l'avait tué, lui et ses rêves d'une étonnante modernité. Il y a une actualité de ce poète bourgeois et embarrassant, embrassant la cause des peuples et des gens, une fois venue une crise, une crise économique, celle de 1886, on ne la connaît plus et pourtant on lui ressemble. "On vole avec autorité les gens dont les avoirs sont indigents" écrivait-il dans un poème intitulé "La Bourse".
Un petit musée devrait raconter tout cela, mais ne le cherchez pas, il est fermé, vidé, oublié de tous sauf des panneaux indicateurs qui vous y mènent benoîtement. René Legrand m'a accueilli ici pour me montrer cela, un musée fermé… Ah, il est fumasse, René Legrand, un ancien militaire monté au front de la mémoire.
Car on dirait qu'ici, une fois les frontières disparues, on s'est attaché à repousser ses limites, à la mémoire : le château de Roisin a été détruit, de magnifiques bornes frontières tricentenaires munies d'un côté du lys royal français et de l'autre de l'aigle impérial autrichien disparaissent, les pierres du chemin dédié à Verhaeren s'estompent, et qui voudra d'un petit musée par ces temps prochains de ce qu'on appelle "l'austérité absolue" ? C'est ainsi qu'hier, mon cher Pascal, voulant rencontrer l'Europe, j'ai retrouvé la crise. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.
Pour plus d'infos sur le Musée Verhaeren :
0476 59 82 66 - 065 75 90 21 - legrandrene@skynet.be