Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Des musées, à l'étranger, se plaignent, par exemple, de ce que l'opérateur sélectionne seulement ce qui l'intéresse, laissant ainsi en friche -on y revient à cette question de l'invisible et du délaissé- ce que l'on estime n'intéresser personne, prenant ainsi une option paradoxale sur l'usage futur de la mémoire d'hier. Et puis, me direz-vous, que faire d'un livre que vous venez de numériser ? Le jeter ? Certains ne sont pas loin de le penser de façon à en assurer la rareté, peut-être la rentabilité. On n'en est pas là, bien sûr. Mais il reste que cette décision gouvernementale sur les archives publiques n'a fait l'objet jusqu'ici que de rares articles et d'encore plus rares réactions. C'est drôle comme dans ce pays de bonne humeur, on ne questionne jamais la culture.
Tiens, faisons-y un peu appel, à notre mémoire. Quand on allait aux archives, chez les Grecs, on se rendait dans la résidence des hauts magistrats de la ville, là où, effectivement, l'on conservait les documents officiels et où habitaient les archontes. Et c'est amusant parce que le mot « gouvernance », ce mot que l'on emploie dans tous les ministères et qui est un mot anglais, désignait simplement en français la demeure d'un gouverneur. De quoi l'on pourrait déduire qu'archives et gouvernance ont partie liée…
Vous allez me dire, Serge, ce projet durera 20 ans et dans 20 ans, on n'est pas sûr que la Belgique existe encore. Est-ce qu'on ne devrait pas trouver quelqu'un d'urgence pour la numériser ? Allez belle journée et puis aussi bonne chance.