Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Gilles Clément est jardinier. Paysagiste sans doute, ingénieur agronome aussi, mais jardinier d'abord. Il a inventé une notion formidable qu'il appelle « le tiers paysage », qui « désigne les espaces où l'homme abandonne l'évolution du paysage à la seule nature ». Des zones de guerres donc, ou des friches industrielles, des bords de route, des talus de voies ferrées, mais aussi des réserves naturelles ou des parcs nationaux : enfin, là où l'homme n'a pas envie d'intervenir ou est prié de ne pas le faire.
De ce « tiers-paysage », il dit qu'il est le réceptacle et le laboratoire de la diversité. Qu'on ne peut pas, en vérité, si on veut créer de la variété et du renouvellement, se passer de ce qui nous considérons comme délaissé, négligeable et abandonné. Car c'est dans les lieux communs que finit par naître la rareté.
On parlait hier de cette « prolétarisation de la citoyenneté ». De ces gens qui nous deviennent progressivement invisibles, qui sont en friche. Gilles Clément a baptisé son « tiers paysage » en référence au fameux « tiers-état » de l'Abbé Seyes, durant la révolution française. Vous vous souvenez, hein, Serge : « Qu'est-ce que le tiers-état ? Tout. Quel rôle a-t-il joué jusqu'à présent ? Aucun. Qu'aspire-t-il à devenir ? Quelque chose ».
Le tiers-état, certains aujourd'hui l'appellerait peut-être la société civile. Un lieu commun, une rareté. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.