Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Je ne dis pas qu'il faut tout renverser. Je dis qu'il faut tout oser. Aller au-delà des frontières de l'utopie. Un système est à bout de souffle. Ma révolution se nourrit de réformes : il faut réinventer une société mondiale, organiser la planète pour changer la croissance, organiser la décroissance des riches en douceur, sans tuer les équilibres sociaux. Il faut que le FMI, le Banque mondiale, l'OMC, obéissent à de nouvelles contraintes. Qu'on cesse de financer des projets contraires à la réalité. C'est un changement profond, très compliqué à mettre en œuvre. Une simple croissance verte ne suffira pas.
Il faudra des sacrifices consentis, des renoncements, des relocalisations d'économies, des normes plus contraignantes à l'aune des seules contraintes énergétiques et environnementales. Il faudra, je l'espère, que cela se passe dans la douceur et la négociation.
Non, Nathalie, ce n'est pas moi qui parlais, là. C'est Nicolas Hulot, vous savez bien Ushuaia, dans le Journal du Dimanche. Mais avouez que si je vous l'avais dit tout de suite, vous auriez conclu à quelque béatitude télévisuelle et que vous auriez biffé. Mais mon métier à moi est de glaner, Nathalie, puis de dresser le couvert. Voilà, aujourd'hui, comment la table est mise. Vous ferez ce que vous voudrez de la nappe, mais un type qui arrive à dire que l'optimisme et le pessimisme sont les deux faces de la résignation méritait bien une chronique. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.