Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Ne cherchez pas les meubles non plus, Pascal, il n'y en a pas encore. Chez Soraya, 4 ans dans la rue, et son petit Abdel de 6 mois qui sont déjà installés dans 50m2, juste deux lits de camp. Pour le reste, on attend. On compte sur les gens.
En occupant ce lieu, ils croyaient benoîtement que l'ancien immeuble des impôts appartenait à l'Etat. Mais non, c'est à une société offshore basée au Panama, paradis fiscal. Vous auriez voulu écrire une fable postmoderne, Pascal, vous n'auriez pas fait mieux. Peut-être même n'auriez-vous pas osé cette rencontre radicale entre un Etat qui récolte les impôts et une société offshore qui ne veut pas en payer sous l'œil de ceux qui devraient en bénéficier.
Mais attendez, il y a un moment où la fable se transforme en parabole. Des tas de gens, ignorants du déménagement des contributions, grimpent encore les marches de l'accueil avec leur enveloppe brune à la main. On leur indique la nouvelle adresse. Aux plus embarrassés, on donne un coup de main. Thierry Balsat, secrétaire général de l'ONHU, ça veut dire Observatoire National de l'Habitat et de l'Urbanisme, a rempli ainsi une quarantaine de déclarations, ces derniers jours.
Et tout à coup, vous vivez un grand moment de gratuité. Une sorte de déclaration de citoyenneté directe. Ce qu'on appelle vraiment une contribution à la chose publique et au bien commun. La parabole alors est complète. Leurs impôts, en vérité, ils les ont déjà payés. Et leur loyer aussi, d'ailleurs. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.