Lautresite, le jour, les billets du mois de mai 2009
   


 
 

:


En ce jour du jeudi 14 mai 2009,
Je ne sais pas si vous êtes de mon avis, Pascal, mais je trouve que les pages sportives des quotidiens ou les émissions de sport des radios et des télés ressemblent de plus en plus à un état du marché de l'emploi en version réduite. Vous ne me croyez pas ? Vous n'avez qu'à lire, regarder ou écouter.
Un tel a été viré pour faute grave à la veille de la prépension, c'est Davide Rebellin. Un autre, en passe d'être licencié, conserve in extremis son emploi, c'est Tom Boonen. Un autre encore n'a plus de permis de travail à l'étranger, c'est Alejandro Valverde. Et voilà Dick Advokaat, probable futur entraîneur des diables rouges qui sollicite le job parce que son domicile n'est pas loin de l'entreprise, la mobilité au travail n'est décidément pas un vain mot, hein Pascal. Et puis voici Onyewu, du Standard, qui songe à se délocaliser sous des cieux plus avenants. Et voilà enfin tel cadre supérieur qui étant retraité, ne supporte plus l'inactivité des aînés et reprend ses fonctions, c'est Lance Armstrong.
On ne peut décidément pas faire l'économie du sport si on veut comprendre quelque chose au monde tel qu'il tourne. On se dit : c'est magnifique, il n'y a qu'en sport que le marché du travail soit ainsi exposé, sans aucune part de réserve : licenciés ou embauchés ont tout autant l'honneur des gazettes. (...)