Lautresite, le jour, les billets du mois de avril 2009
   


 
 

:



En ce jour du mardi 28 avril 2009,
Tout ce qu'on espère, hein Nathalie, c'est que le type qui s'occupe de la crise sanitaire n'est pas le même que celui qui a géré la crise financière.
Parce que sinon, la situation est à l'identique. Car qu'entend-on si on écoute ? Que nous résisterons à ces choses qui viennent d'outre-Atlantique, qu'il s'agit d'être vigilants mais pas inquiets, qu'il ne faut pas paniquer, que les mesures sont prises, que la sécurité est assurée, que la réponse est prête. Et puis, et puis, on sait comment ça finit : au Heysel avec maître Modrikamen et les Chinois de Ping An, dans une assemblée de petits actionnaires majoritaires en colère. Verra-t-on un jour une réunion de touristes grugés d'avoir du Mexique ramené des produits toxiques ? Je vous le demande, Nathalie.
Alors, dites-nous encore, je vous en prie, comme José Manuel Barroso le faisait hier, que "la situation d'urgence en matière de santé publique est jusqu'à présent limitée au continent américain ». Ah, pathologie de l'homme postmoderne : c'est au moment où l'on entend le rassurer qu'il devient vraiment inquiet… (...)