Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2009
   


 
 

:


En ce jour du vendredi 20 mars 2009,
Ça ma rappelé, Pascal, ce que me disaient les ouvriers de chez Boch dans leurs locaux délabrés il y a quelques semaines, sur le froid et le travail dans le froid : que finalement c’était le travail qui l’emportait. C’est aussi ce qu’on me disait ici, qu’il n’y a jamais eu plus de 15° dans les locaux, tout l’hiver, que normalement on ne donne pas cours par ces températures mais que pourtant comme le dira un élève, « le froid nous a unis, on était tous là ».
Comment dire, Pascal, cette impression d’assister à la naisance d’une invention sociale ? Comment vous raconter cela, une aventure pionnière ? J’étais à Limerlé, hier, commune de Gouvy, un village, 450 âmes, et c’est dans le haut du hameau que ça se passe. On dirait un corps de ferme et bien c’est un corps de ferme. On ne dirait pas une école et pourtant c’est une école. Elle accueille les trois dernières années de l’enseignement secondaire. C’est tout ce qu’il y a de plus officiel, c’est un laboratoire aussi pour la Communauté française. Elle s’appelle « Pédagogie nomade » —ça va bien avec ces chroniques…— et l’on se demande à vrai dire s’il en a jamais existé une autre, de pédagogie, car on n’est pas pédagogue, le mot le dit, si l’on ne conduit pas les enfants, si on ne les emmène pas quelque part, enfin bref, si on n’est pas un peu ailleurs. (...)