Lautresite, le jour, les billets du mois de mars 2009
   


 
 

:



En ce jour du jeudi 12 mars 2009,
Ce serait peut-être bien deux histoires jumelles, Pascal. Ce sont en tout cas deux histoires d'enfants. Je me dis qu'elles se ressemblent. On va voir pourquoi.
Je vais vous parler d'abord de cette maman brésilienne qui a vu le ventre de sa fillette de 9 ans gonfler anormalement, elle a cru d'abord à une maladie et puis non, c'était une grossesse et c'était un viol et le violeur était le beau-père et l'on pratiqua un avortement à la quinzième semaine et puis un archevêque local déclara que « le viol était un péché moins grave que l'avortement » et excommunia la mère et les médecins. C'est qu'il aurait bien voulu le voir naître, l'enfant du viol, enfin les enfants, car c'était des jumeaux. Des jumeaux, on imagine, pour une gamine de 9 ans, 1,33 mètre et 36 kilos. La loi brésilienne autorise l'avortement dans ces cas-là, quand il y a viol et que la vie de la mère est en danger. Mais « la loi de Dieu est au-dessus de celle des hommes » déclara l'archevêque, montrant par là qu'il n'avait pas de problème, lui, avec la séparation des pouvoirs. (...)