Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Une auditrice, pariant sans doute que je ne pourrais pas, ce matin, parler d'autre chose que de ces crises qui nous contractent et nous rétrécissent, m'a envoyé cette information sur les effets dérivés et, pour l'occasion, bénéfiques de nos convulsions mondialisées. C'est une information qui, étrangement, parle aussi de travail mais dans son sens étymologique, celui de torture, du latin trepalium, un instrument de supplice. Et elle me faisait donc savoir qu'une dizaine d'Etats américains renâclaient aujourd'hui à exécuter les peines capitales pour des raisons économiques.
On ferme donc dans les couloirs de la mort et tel Etat -par exemple le Nouveau-Mexique - compte bien, en n'envoyant personne aller prendre sa dose d'injection létale, économiser ainsi un million de dollars. Et c'est comme ça que l'on apprend qu'une « condamnation à la peine de mort coûte parfois jusqu'à dix fois plus cher qu'une condamnation à la prison à vie ».
On ne s'attendait pas à cela, à vrai dire : que des raisons budgétaires fassent office de Robert Badinter. Et puis on pense, pourvu que ce travail-là, personne ne songe à le délocaliser. Il y a tellement de pays où aller s'installer, à Singapour, en Chine, en Arabie Saoudite, en Iran, au Pakistan ou même allez savoir, au Japon, pays des contractions et des rétrécissements. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.