Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2009
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 19 février 2009, Ça ressemble aux mots de la délivrance, Pascal. J'entendais cela sur cette antenne : un vocabulaire nouveau dans la crise.
Jusqu'ici, on disait récession, on disait même dépression, on disait aussi croissance négative, ce bel oxymoron. En évoquant la situation économique du Japon, il y a quelques jours, j'ai entendu cela que le produit intérieur brut du pays vivait une contraction et que son économie subissait un rétrécissement. A combien d'ouverture est-on exactement à la corbeille de Tokyo, a-t-on envie de demander. Car voilà, on dirait bien que les crises, pour l'instant, sont en salle de travail. On n'est pas sûr pour autant, cependant, qu'elles accouchent d'un emploi.
Hier, en effet, on regardait les chiffres venir en rafale : les 776 entreprises faillies le mois dernier en Belgique, les 2700 menacés de General Motors à Anvers, les 874 supprimés de Daf à Westerlo, les 47 licenciés de Boch à La Louvière… C'est un temps d'inventaire, Pascal. Nous vivons une époque de soustraction. Le travail ne se partage plus. Il se divise. Par lui-même. C'est plus sûr et c'est plus radical. Et aujourd'hui, une bonne nouvelle, ce n'est pas un emploi que l'on crée, mais plus simplement un travail que l'on ne perd pas. (...)