Lautresite, le jour, les billets du mois de février 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Tenez, par exemple, l'animateur Arthur. On peut penser ce qu'on veut de l'animateur Arthur, de ses émissions, de ses productions de télé réalité et de son temps de cerveau disponible. Mais on ne peut pas penser qu'il finance l'armée d'Israël parce qu'il est juif et qu'il est riche. Mais il en est pourtant qui, sur base d'une rumeur lancée par l'extrêmement comique Dieudonné, manifestent devant les salles de spectacle où il se produit. Puisqu'il est juif et riche.
Tenez, par exemple, prenez ce Monseigneur Williamson que nous appellerons ici Monsieur car nous ne sommes pas au nombre de ceux qui ont réintégré l'intégriste. Sommé par le pape de présenter ses excuses, le voilà qui précise aujourd'hui qu'il ne s'exécutera pas tant qu'il n'aura pas trouvé des preuves de l'existence des chambres à gaz. « Mais cela risque de prendre du temps », a-t-il ajouté. On comprend par là que les chambres à gaz ne sont pas une question historique mais une affaire d'opinion et de conviction. On y croit ou on n'y croit pas. Si bien qu'on en est aujourd'hui à se demander ceci : si Monsieur Williamson trouvait jamais des preuves de l'existence des chambres à gaz, qu'en déduirait-il de celle de Dieu ?
Ah, décidément, Pascal. Voilà que la nouvelle de la mort du nazi Aribert Heim, médecin bourreau du camp de Mauthausen, est arrivée la semaine dernière. Il serait mort en Egypte, il y a 17 ans. Mais la fondation Wiesenthal n'y croit pas. Elle veut retrouver le corps pour s'en rendre sûr. Qu'en pensera Monsieur Williamson ? Comment va-t-il comprendre que d'aucuns cherchent des preuves de l'existence de la mort de quelqu'un qui exerçait dans des camps d'extermination qui n'existaient pas ? Deux choses à la fois, disais-je. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.