Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2009
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

A vrai dire, pour soigner un peu tout cela, on serait bien allé herboriser un brin avec Josiane dans « le jardin des maladies », c'est-à-dire celui des plantes médicinales, de la maison de Desiderius Erasmus, mais il est malheureusement inaccessible : il s'agit, voyez-vous, de laisser pousser les jonquilles. On n'y marche pas. On attend. On bénit les jardins qui font l'éloge de la jonquille.
Josiane aussi a eu affaire à Erasme. Elle fut professeur d'anglais et d'italien dans le cours de promotion sociale qui porte son nom. Et elle vous parle des siens, de ses élèves, comme s'ils étaient des vôtres. Là, maintenant, vous connaissez Yasmina la Marocaine, Mia la Capverdienne et Muruvet qui est turque. On comprend alors pourquoi on est là. Nous autres, les gens de radio, venons avec l'actualité. Une baston, nous débarquons. Nous pensons que quand rien ne se passe, il ne se passe rien.
Sur le chemin, nous croisons Agnès, la bibliothécaire, et Walter le disquaire. A la bibliothèque, rien n'est payant, l'inscription ni les livres, et les heures d'ouverture s'allongent et les rayons se vident. Et le disquaire est un vrai disquaire, un des derniers à trouver, une rareté qui vous entretient d'Obama et de Bruce Springsteen et qui pense que l'humanité a besoin d'humanisme.
Et ainsi, entre philosophie, littérature et musique, Josiane veut me dire que la culture peut sauver les quartiers des émeutes. Elle dit : « Avec les événements et les gens, il faut trouver la bonne distance, c'est-à-dire la bonne proximité ». On l'embrasserait. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.