Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2009
   


 
 

:

En ce jour du vendredi 16 janvier 2009, Quand mes confrères du « Soir » ont passé en revue l’année 2008, il y a quelques semaines, ils s’étaient demandé ce qui se serait passé si les choses avaient été différentes. Si Obama n’avait pas été élu, si Ingrid Betancourt n’avait pas été libérée… Et parmi toutes ces hypothèses, ils avaient posé cette question surprenante : « Et si Maurice Lippens avait habité La Docherie ? ». Parce que voilà, Nathalie, dans notre échelle de la géographie sociale, il y a, tout au-dessus Knokke-le-Zoute et puis quelque part, tout en bas, Marchienne-Docherie. Et voilà pourquoi, Nathalie, j’ai passé ma journée d’hier à la Docherie et croyez bien qu’il ne s’agissait pas là d’un quelconque besoin d’exotisme car, contrairement au Comte Lippens, j’ai habité La Docherie.
Et puis, tant qu’à rester dans les quartiers de noblesse, j’avais envie aussi de voir ce qu’il en advenait de ces particules, vous savez bien, les particules fines, celles du smog et du 90 à l’heure. Parce que c’est là, à Marchienne, qu’ont été relevés les taux les plus importants de Belgique. Car dans ce quartier collinaire ceinturé de terrils, les pics les plus élevés sont les pics de pollution. En 2006, on y a passé 175 jours au-dessus des normes européennes, en 2007, 150 jours. En 2008, Nathalie, et ce sera ma première bonne nouvelle, seulement 35 jours, c’est-à-dire la norme de dépassement admissible. (...)