Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2009
   


 
 

:

En ce jour du jeudi 8 janvier 2009, Ça vous aura peut-être échappé, Pascal, mais Popeye vient de tomber, en Europe, dans le domaine public, 70 années après la mort de son créateur, le dessinateur Elsie Segar.
Et dit comme cela, ça n'a pas tellement d'intérêt, de fait, de savoir que vous n'aurez plus de droits d'auteurs à payer si, d'aventure, vous voulez imprimer la trogne du marin blanc à l'œil crevé - pop eye -sur un de vos t-shirts. Mais, voyez comme les choses vont : en lisant cette information, on apprenait aussi que Popeye était né en 1929. On veut dire, avec le krach boursier de 1929. On veut dire, presque : pour le krach de 1929. C'est le Monde de ce week-end qui raconte ça et l'on s'étonne toujours ici des détours que prend l'histoire pour venir nous parler à l'oreille.
Voilà donc un temps, 1929, la grande crise, dont il nous reste toute une imagerie - les Raisins de la colère, John Ford, Steinbeck, les hobbos, les photographies de Dorothée Lange - à laquelle il nous faut désormais ajouter ce personnage borgne aux mauvaises manières, au parler relâché, à la culture liminaire, mais qui a le cœur sur la main et l'avant-bras en proportion. Dans la chronologie mythologique des superhéros américains, il vient après Zorro mais avant Superman, il combat du côté des pauvres et des laissés-pour-compte, et il n'a rien à faire de sa très contemporaine rivale, la souris Mickey, née juste un an plus tôt, en 1928, mais qui affichera toujours pour les affaires de ce monde un dédain de lama. (...)