Lautresite, le jour, les billets du mois de janvier 2009
   


 
 

:

En ce jour du lundi 5 janvier 2009, A regarder les télés, à écouter les radios, à lire les journaux, on se demandait, ces jours-ci, Pascal, si la consommation n’était pas le surmoi de la communication. Car voilà, vous laissant il y a une quinzaine de jours — ce fut pour moi un quelque repos, pour certains autres, un peu de répit— sur des interrogations gouvernementales — qu’il tombât (le gouvernement) ne faisait plus de doute, mais comment il se recevrait, telle était la question —, j’ai passé comme vous deux semaines où les questions traditionnelles, du genre : « Y aura-t-il de la neige à Noël ? », furent remplacées par ces interrogations postmodernes et contemporaines que sont désormais : « La crise affectera–t-elle les cadeaux de Noël ? », « La récession aura-t-elle un impact sur les réveillons ? », « Les soldes vont-ils connaître une dépréciation ? »…
Mais, au fur et à mesure que nous parvenaient les informations, comme si l’on nous livrait des nouvelles du front, nous fûmes progressivement rassurés. Le cours de la dinde restait stable, comme celui du sapin et celui des paquets sous le sapin. Les cotillons avaient la cote, les confettis s’égaillaient, le feu d’artifice même fut de retour. Quant au premier jour des soldes, il se solda par un communiqué de victoire et pour ce qui était des séjours à la montagne, on nous fait vite savoir qu’il n’y avait plus un ski à louer ni une chambre à trouver. (...)