Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2008
   


 
 

:


En ce jour du mardi 16 décembre 2008,
Edouard Delruelle le rappelait hier excellemment dans sa chronique du Journal parlé de 13 heures, une crise ce n’est pas un état durable mais un moment, critique et crucial sans doute, mais tout juste une phase, un passage, une étape. Aussi bien, Pascal, le titre de notre journée et de nos émissions d’aujourd’hui « Vivre avec la crise » pourrait-il presque passer pour un oxymoron, une formule contradictoire donc, car voilà : on vit une crise, certainement, mais peut-on vivre avec, c’est beaucoup moins certain. Je dis ça, Pascal, c’est juste pour rappeler que les mots sont des pièges.
Comme il serait tentant, en effet, de passer du marché au marché ! Et comme, sur ce marché matinal, il serait plaisant d’aller du banc à la banque parce qu’ici, voyez-vous, dans cet antre du gros et du frais, nous ne sommes pas seulement dans le ventre de Bruxelles, nous sommes aussi dans la généalogie de l’économie et dans la genèse du capital. Car voilà : le marché, ce fut d’abord ce que nous voyons ici, un lieu où les marchands se rassemblent et commercent. Puis, on passa un marché, c’est-à-dire que l’on réalisa une transaction, que l’on négocia un débat financier. Enfin, le marché vint tel que nous le connaissons qui s’occupa de l’offre et de la demande. (...)