Lautresite, le jour, les billets du mois de décembre 2008
   


 
 

:


En ce jour du mardi 9 décembre 2008,
Mon premier est le centre d’une capitale de l’Europe qui brûle. Mon second, la marine européenne qui lance une opération contre les pirates de haute mer. Je me demande ce que donneraient ces deux informations si on les voyait de loin, par exemple dans les livres d’histoire. On dirait Rome. Ou bien les guerres médiques. Enfin, je veux dire, ça fait tout de même un peu Antiquité.
Il n’y a plus de périphéries et les réseaux n’ont pas de centre, tout le monde sait ça, désormais. Mais tout de même, on se surprend d’être plus au courant de ce qui se passe au large de la Somalie que dans les quartiers qui descendent de l’Acropole. Car il faut bien en convenir : de la démocratie grecque, nous ne savions rien.
On voit bien le danger qui vient d’Afrique, migrants, clandestins, pirates : de toute façon, tout le monde en Afrique a l’air d’aller et venir sur l’eau. Que l’on passe la Méditerranée sur des barques ou des pateras ou bien que l’on aborde des pétroliers ou des paquebots au large d’Aden, l’Afrique mondialise les mers et les océans, la confrontation nord-sud semble liquide. On commence à le comprendre. (...)