Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Ainsi, il me revient de votre époque qu'un organisme international a calculé que votre société postmoderne et contemporaine compterait bientôt 8 millions de chômeurs de plus. Devant cela, que dois-je faire ? Travestir en forêt tous les travailleurs qui restent, devant tous ces arbres tombés ? Ce serait insensé, j'en conviens. Et par trop cynique pour mon goût. Vous savez fort bien que j'ai toujours voulu le meilleur pour l'homme et que je l'en ai même cru capable. Il y a donc des cas, vous n'avez pas tort, où les arbres qui tombent cachent ceux qui viennent. C'est à se demander s'il ne se trouve pas non plus des gens, dans votre temps contemporain et postmoderne, pour couper les forêts tandis qu'elles poussent. Il m'est revenu, par exemple, le nom de votre ministre Keulen. Est-ce une habitude chez vous, d'arracher ce qui germe ?
Vous n'êtes pas sans savoir qu'un mien ami que j'ai connu tout jeune sur les bancs de l'école et qui porte le même prénom que moi, le poète Hölderlin, mon cher Friedrich, a composé sur ce thème une autre maxime : « Là où croît le péril, croît aussi ce qui sauve ». Vous voyez bien que lui et moi pensions que quelque chose viendra, malgré tout. C'est que nous étions, au 18ème siècle, d'irréductibles optimistes car tout, cher Paul Hermant, nous semblait alors possible.
Et c'est signé Georg Friedrich Hegel. Et quand on reçoit ça, Nathalie, on est heureux que la poste existe encore. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.