Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Dans une autre chronique, il y a longtemps déjà, je vous avais fait savoir que la Banque mondiale attirait notre attention sur le fait que la richesse des 4 milliards de pauvres que compte la planète, estimée à 3.700 milliards d'euros, était désormais un marché à ne plus négliger.
C'est aussi ce que dit, dans le Monde, Hernando de Soto, un économiste péruvien, mais pas vraiment de la même façon ni pour les mêmes raisons. Il dit, lui, que la richesse des pauvres dans les pays du Sud est plus importante encore mais qu'il s'agit là d'un « capital mort » parce que fondé sur l'extralégalité. On construit sa maison sans titre de propriété, on ouvre une boutique sans permis, on travaille sans contrat, on est en dehors de la loi, on est totalement exclu de l'Etat de droit et il y a de la richesse qui se perd là. Et ce n'est même pas une volonté, dit-il, mais un système. Changer ce système, c'est, dit Hernando de Soto, renouveler « l'économie réelle ». Cette économie que nous sommes nous-mêmes, nous prévient-t-il, en train de quitter, avec nos titrisations et nos hedgefunds.
C'est intéressant, ce qu'il dit Hernando de Soto. Et c'est étonnant, à la fin, comment avoir beaucoup de pauvres chez soi donne finalement plus confiance dans l'avenir que d'avoir quelques riches. C'est peut-être pour ça que nous nous empressons d'en créer. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.

Hernan de Soto a écrit « Mystère du Capital » ou « Pourquoi le capitalisme triomphe en Occident et échoue partout ailleurs », Flammarion, Champs 2007.