Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Parce que voilà : la forme, la couleur, la taille, le calibre, tout cela était européennement paramétré et uniformisé. On avait des critères pour le haricot vert, des standards pour les épinards. Pas un fayot pour dépasser l'autre, les oignons étaient en rang et, de l'ail, on ne voulait voir qu'une tête. C'est fini. Ou presque : la tomate y échappe, la pomme aussi. Mais enfin, la Commission trouve assez contre-productif, à vrai dire, que l'on doive se résoudre à jeter, la plupart du temps, les dix pour cent de la récolte sacrifiés pour cause de malformation.
C'est fort bien, disent les agriculteurs. Mais il y a un risque. Celui que la règle commune soit remplacée par l'obligation particulière. Ils veulent dire par là qu'ils craignent que les grandes surfaces ne décident aussi des belles dimensions. Telle enseigne voudrait son melon un peu plus rond, telle autre son poireau un peu plus haut. Qui fixerait les prix, dès lors, de produits d'une qualité inconstante ? Il est des cas, c'est vrai, où le marché craint la dérégulation et où les maraîchers se demandent si ce qui serait vraiment tordu, par hasard, ce ne serait pas le coup qu'on leur fait.
De sorte qu'on ne sait pas trop bien quoi faire avec cette information. D'un côté on se réjouit que la diversité l'emporte sur l'uniformité. De l'autre on s'inquiète, voyez-vous ça, que les légumes aussi changent de commission paritaire et qu'il faille désormais des huissiers pour les contrôler. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.