Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Et si l’on se demande ce que deviennent les gens qui échangent chez nous leur exil contre un refuge, on dira cela que Myriam Makéba, africaine du sud et victime de l’apartheid est morte dimanche dernier à 76 ans d’un accident cardiaque lors d’un concert de soutien à un jeune écrivain italien de 29 ans menacé de mort par la mafia.
C’est ainsi sans doute que se résolvent les convulsions du monde et que les anciens exilés soutiennent les nouveaux bannis. Robert Saviano est cet écrivain italien auteur du fameux « Gomorra », un roman non roman, une enquête très serrée sur la Camorra napolitaine, qui est aussi devenue un film et puis un best-seller. Il vivait sous protection policière depuis 2006 et a décidé finalement, il y a quelques jours, de quitter l’Italie, ce pays européen dont le président du conseil trouve que les présidents américains sont jeunes et bronzés.
Nous autres qui sommes plus accoutumés aux fatwa qu’aux camorra, observons cela comme une étrange étrangeté, un exotisme sud-européen va-t-on dire, quelque chose que nous ne savons pas comment regarder. Car le fanatisme, bien entendu, c’est comme l’enfer. C’est toujours les autres.
Et d’ailleurs, les jurés du prix Nobel se sont longuement empoignés avant de convenir hier, finalement, d’inviter Roberto Saviano, mais avec Salman Rushdie, le 25 novembre prochain à Stockholm lorsque le prix de littérature sera remis à Jean-Marie Gustave Le Clézio.
Une vieille dame noire avait compris plus vite que les jurés suédois que ces ensauvagements sont aussi nos aveuglements. Allez belle journée et puis aussi bonne chance.