Lautresite, le jour, les billets du mois de novembre 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Toute la question de la mémoire était là. Posée parce que, précisément, envolée. Car nous en sommes à nous demander quoi en faire, de cette mémoire, sinon la monnayer par ces temps incertains où le patrimoine reste la seule certitude.
J’en parlais avec des amis, récemment : nous ne savons quoi faire de ces questions financières, économiques, boursières, alimentaires, énergétiques, climatiques lorsqu’elles viennent tout ensemble. Aucune mémoire humaine ne peut nous parler de cela. Nous ne pouvons nous revendiquer devant elles d’aucune sorte d’expertise. Avec une crise économique, nous savons à peu près quoi faire, nous l’avons déjà fait. Mais une crise économique augmentée d’une crise climatique additionnée d’une crise énergétique multipliée par une crise alimentaire, cela, personne ne l’a jamais vécu.
De sorte que l’on se demande à quoi peut bien nous servir encore une mémoire qui n’anticipe ni n’enseigne. On peut donc désormais décréter qu’une mémoire qui n’est pas utilisable n’est pas non plus une mémoire utile. Oh, bien sûr on se trompe. Oh bien sûr, nous ne sommes jamais sortis de 14-18. Car bien sûr, il n’y a pas loin de 1918, guerre absolue, à 2008, crise totale. La route, même, est assez droite.
Et voilà précisément sans doute pourquoi il faut aller fleurir les cimetières de 14. Parce qu’il y aura toujours des gens qui, aux questions complexes, sont prêts à apporter des réponses simples. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.