Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2008
   


 
 

:



En ce jour du mercredi 22 octobre 2008,
C’est l’histoire d’un type, disons qu’il s’appelle Marcel, qui, le jour de ses 70 ans, décide de bouleverser totalement ses habitudes afin de préserver sa santé et de vivre plus longtemps. Il se soumet à un régime strict, il fait de la course à pied et de la natation et il prend des bains de soleil. En l’espace de trois mois, Monsieur Marcel perd treize kilos et demi, réduit son tour de taille de quinze centimètres et augmente ses pectoraux de treize centimètres.
Mince et bronzé, il décide de couronner le tout en offrant à ses cheveux une coupe d’athlète. Mais un bus le renverse juste au sortir de chez le coiffeur. Allongé sur le sol, moribond, il s’écrie « Dieu, comment peux-tu me faire ça à moi ? » Et une voix venue des cieux lui répond : « A vrai dire, Marcel, je ne t’avais pas reconnu ». Ceci, Pascal, n’est pas ma contribution dilatoire et décalée à la journée d’hier, « Vivre longtemps, vivre content ? », mais l’exemple que donnent deux philosophes américains afin d’expliquer, par l’humour ce que peut bien être l’essentialisme, vous savez bien, ce qui fait le caractère intrinsèque d’un objet, d’une chose, d’un être, cette essence qui précéderait l’existence, etc… (...)