Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2008
   


 
 

:


En ce jour du vendredi 17 octobre 2008,
Une rue du temps supendu, des arbres qui montent jusqu'au ciel et une année de 16 mois: tout ça en direct de l'expo "C'est notre terre" à Tour et Taxis.
Il y a un moment précis dans le temps où l’homme atteint le milieu exact de sa vie, un fragment de seconde, une fugitive parcelle de temps plus rapide qu’un regard, et l’homme est sensible à ce moment » a écrit un jour Robert Desnos. Et ici, dans cette rue, je me demande à quoi a bien pu penser la planète le 23 septembre dernier, le jour où nous avons épuisé ses ressources pour l’année 2008 et comment elle y a été sensible. Vous savez sans doute cela, qu’il existe des gens qui calculent à quelle vitesse nous épuisons les capacités de la terre. Il y a 20 ans, nous dépensions en une année ce qu’elle produisait en une année. Aujourd’hui, il nous faudrait inventer une année de 16 mois pour y arriver. Et c’est moi qu’on suspecte d’être poète ? Une année de 16 mois, je vous demande un peu…
C’est pourquoi des gens, ici, ont décidé de suspendre le temps. Suspendre. On veut dire que ce mot de suspension n’indique pas seulement le moment arrêté mais celui aussi de l’incertitude. On suspend une réponse. On suspend aussi une décision. (...)