Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Mais enfin, il me faudra user, je pense, de tous les synonymes du verbe « s’habituer » — et donc : s’accoutumer, s’adapter, se familiariser, prendre le pli, s’acclimater —, pour dire un peu que nos assuétudes fondent nos indifférences et que de nos indifférences naissent nos aveuglements. «La situation créée par la crise va avoir des conséquences graves, disait hier Jacques Delors. Sur le plan politique, en nourrissant les populismes et les nationalismes, alors que l'an prochain, les Européens doivent élire leur Parlement. C'est un gros sujet d'inquiétude ».
On disait donc : s’acclimater. Aujourd’hui va s’ouvrir la première conférence mondiale sur les éco-réfugiés, je veux dire les réfugiés climatiques, ceux qui ne s’acclimatent donc plus et dont un rapport récent de Javier Solana nous disait que « d’ici une dizaine d’années, ils se compteront par millions ». Il va falloir nous décider vite entre deux choses : soit nous habituer aux réfugiés climatiques comme nous le ferons aux abeilles qui disparaissent ou alors reprendre de mauvaises habitudes et relire nos livres de poésies. Aujourd’hui nous l’ouvrirons à la page 23 d’Une saison en enfer d’Arthur Rimbaud dans son édition de 1997 et vous répéterez après moi : « Je reconnaissais, sans craindre pour lui, qu’il pouvait être un sérieux danger dans la société. Il a peut-être des secrets pour changer la vie ». Changer la vie. Vieux mot d’ordre, urgence absolue. Devenons, des réfugiés poétiques. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.