Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2008
   


 
 

:


En ce jour du lundi 13 octobre 2008,
Quand son parti était arrivé au pouvoir, ça n’avait été qu’un cri : on n’irait plus skier en Autriche disaient les uns, « d’où que cela Vienne » affichaient les autres sur d’immenses banderoles. L’Europe avait pris des sanctions. Oh, en 1999, il y a 9 ans, nous n’aimions pas comment les Autrichiens avaient voté. Puis, il y avait eu les Néerlandais, puis les Danois, puis Le Pen au deuxième tour, etc, etc, à tel point qu’un jour par boutade, j’avais répondu à un ambassadeur roumain me demandant si je pensais qu’un jour jamais son pays entrerait dans l’Europe : « Pourquoi pas, après tout, vous aussi votre extrême droite se porte bien ».
Je dis cela parce que ces dernières heures, une fois Jörg Haider mort, j’ai lu des choses comme : « L’une des personnalités les plus remarquables de la deuxième république » ou « Un homme politique de grand talent capable de soulever l’enthousiasme même s’il a suscité beaucoup de critiques » et jusque sur cette antenne, entendre l’hommage à lui rendu par Filip de Winter.
La mort des hommes est un puissant dissolvant moral, et l’on n’oserait pas ici, d’abord parce qu’il est trop tôt dans la journée et aussi parce que l’époque ne s’y prête plus, faire comme Pierre Desproges et reprendre deux fois des moules. (...)