Lautresite, le jour, les billets du mois d'octobre 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Je ne suis demandé ce que pouvait bien signifier ce système où les créateurs de richesses étaient pénalisés et où ceux qui ont l’esprit de marché en étaient privés par ceux-là mêmes à qui l’on nous prie de continuer à accorder notre confiance. Et je me suis dit que la confiance et le crédit, ce n’était pas exactement la même chose.
Je me suis demandé également ce que c’était, au juste, que ces presque nationalisations de banques dans un pays presque pas national. Dans presque plus un pays, d’ailleurs. Alors je me suis demandé si ce n’est pas le pays lui-même qui avait été nationalisé à l’occasion de la chute des banques, et si nous n’avions pas été nous-mêmes, sans nous en apercevoir, un peu naturalisés français, luxembourgeois ou néerlandais.
Et puis, j’ai vu à la télé ce trader dire « pour nous, c’est une excellente période où il y a de bons coups à faire », et j’ai trouvé cela violent. Puis j’ai entendu cette histoire d’agression dans un établissement scolaire de Ghlin, et j’ai trouvé cela violent. Et j’en étais à dresser une diagonale insensée entre ces spéculateurs boursiers et ces idiots au cutter. Me demandant finalement s’ils ne se ressemblaient pas, ceux-là qui font profession de s’affranchir des règles communes et de s’émanciper du bien public, ceux qui se sont choisis, ceux qui se préfèrent, ceux qui ont leur propre droit et leur propre immanence, et pour qui l’autre ne représente ni plus ni moins, qu’un « bon coup à faire ». Et je me suis demandé si bon coup pour bon coup, ce n’était pas toujours aux sacs des vieilles qu’on en voulait. Je me demande. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.