Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2008
   


 
 

:

En ce jour duvendredi 26 septembre 2008, Puisqu'on me somme ici et là, Serge, de raconter ce que je pouvais bien faire à visiter un jour les tiroirs poussiéreux de University College, à Londres, je m'en vais vous le raconter, non sans vous avoir rappelé que vendredi dernier, je vous parlais ici même de George Orwell et que c'est à cette occasion que j'avais fait allusion à ces tiroirs poussiéreux pour la raison que j'y fouillais dans les archives de l'auteur de 1984 sans doute, mais surtout de « Hommage à la Catalogne ».
Hommage à la Catalogne est le livre qu'Orwell consacra à son expérience de la guerre d'Espagne où il s'engagea dans un petit parti de gauche non communiste, le POUM. C'est en lisant cet ouvrage passionnant que je fus frappé par des allusions répétées au commandant de sa compagnie, un Belge, nommé Georges Kopp, un autre Georges. Un type qu'il aimait bien et qu'il donnait pour mort à la fin de son livre, « fusillé sans doute, j'en ai bien peur » par la police politique soviétique, car on se souviendra, Serge, qu'en mai 1937, le Guépéou, ancêtre du KGB, s'occupa de purger les rangs républicains de ses éléments les plus libertaires.
Ce nom là, Georges Kopp, K, O, 2 P, ne me parut pas belge. Il y a des moments comme ça, vous ne savez pas pourquoi, quelque chose vous intrigue et vous voulez savoir. (...)