Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2008
   


 
 

Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Dans un métro londonien, un soir, il y a ce contrôleur qui était venu annoncer que là, juste à côté, y avait un type qui avait pointé un couteau sous le cou d'une voyageuse, alors que si on ne voulait pas bouger, d'accord, mais que si on voulait, c'était bien aussi.
Quelques gars, trois Noirs, trois Blancs, avaient gagné l'autre porte et ç'avait été impressionnant comment ils avaient entouré le type et comment ils lui avaient parlé, à l'autre avec son couteau sur le cou. Pas un n'a fait un geste. Pas un n'a levé la main. Ou plutôt, si, juste un, au moment où il a simplement attrapé le surin comme on cueille une pomme. C'était fini. Un autre a tendu une main élégante à la fille qui s'est extirpée et tous ils se sont assis autour du type, en lui causant en le regardant dans les yeux. Ça a duré comme ça, jusqu'à que le gars signale que c'est là qu'il devait descendre, que c'était son arrêt. Au moment où le type se dirigeait vers la porte, un des gars a dit simplement : « Hé mec, t'oublies ton couteau » et il le lui a tendu. Mais, là tout de suite, le gars a bien vu que ce couteau n'était plus un couteau. Que ce qu'il tenait en main, c'était sa propre impuissance et que ce qu'il observait, c'était son intime médiocrité. En fait, c'était même le couteau le moins couteau qu'il avait jamais vu. Il y a un mollusque qui s'appelle « couteau », hé bien c'était ça, il tenait dans sa main un mollusque. Le type était cuit. Et la première poubelle venue a accueilli ce couteau qui n'était plus qu'un mollusque.
Tenir sa place. Voilà. C'est la manière dont nous entendons ces mots :
« Attention aux autres ». Allez belle journée et puis aussi bonne chance.