Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2008
   


 
 

Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Le cochon est l'avenir de l'homme et Delvoye tatouant tour à tour un porcelet ou un dos humain et les mettant l'un et l'autre sur le marché de l'art les renvoie dos à dos, si l'on ose dire, se demandant qui va devenir l'autre et si par hasard le tatouage d'une peau de cochon tout rose n'était pas, on va dire, aussi peu naturel mais aussi inéluctable que les puces électroniques dont on entend bientôt doter nos épidermes… Comme quoi, du rouge à lèvres à un cochon, à la fin, ça fait sens.
Wim Delvoye vient d'acquérir le château de Corroy pour en faire un musée, tout le monde en parle, et c'est curieux parce qu'il faut toujours que lorsqu'un Flamand s'installe en Wallonie, ça continue de nous interroger presque autant que le dos d'un cochon tatoué. Les Flamands qui viennent habiter en Wallonie n'ont pas besoin d'envoyer d'avis de changement d'adresse. La presse s'en charge. Il y a quelques mois, c'était la sœur de Bart de Wever, résidente de Tintigny. Maintenant c'est Delvoye à Corroy. Et, entre-temps, le prix triennal de poésie de la Communauté française décerné à Jan Baetens avait décoiffé aussi.
C'est étonnant, comme ça nous étonne. Et comme on est fiers quand, avec la foi du converti, Delvoye déclare : « En Flandre, j'étais confronté à un petit esprit, (…) tant pis pour ma région. Un Flamand vient investir en Wallonie, j'espère que les Wallons seront contents».
Malheureux que nous sommes de ne pas savoir qui est le cochon de l'autre. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.