Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2008
   


 
 

Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Nous autres donc, nous nous demandons bien pourquoi on n’a pas voulu plutôt aider les gens qui perdaient leur maison — vous savez bien ces subprimes à l’origine de tout —plutôt que de sauver leurs créanciers. Parce que, si on voit bien, c’est de l’argent doublement perdu, non ? Deux millions et demi d’Américains, tout de même. A la rue. C’est comme si on vidait les trois-quarts de la Région wallonne.
Je vous dit ça, parce que ce n’est pas moi qui ai dit en 2005 « Les subprimes ont profité aux consommateurs », pour venir affirmer avant-hier que nous vivions, je cite « un événement qui se produit probablement une fois par siècle ». C’est Alan Greenspan, gourou fédéral. Ce n’est pas moi non plus qui ai avancé il y a six mois que ces affaires boursières représentaient « un ralentissement important, certes, mais pas dramatique » pour déclarer aujourd’hui que c’était là « une crise financière jamais vue, partie du cœur du système ». C’est Dominique Strauss-Kahn, monétaire international.
En quoi vous aurez compris que, s’agissant de cette fameuse confiance qu’il nous faudrait retrouver, nous ne savons guère à quoi l’affecter. A ce qui se disait avant, ou à ce qui se prétend aujourd’hui ? Avouez que notre bouteille est d’encre et qu’on n’y voit pas très clair.
Hier soir, justement, par mesure d’économie, on nous proposait d’éteindre nos lumières pendant dix minutes pour créer nous disait-on une obscurité mondiale. Je voudrais rassurer les organisateurs. Il y a belle lurette que les Lumières sont éteintes. Quant à l’obscurité, on ne la distingue même plus. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.