Lautresite, le jour, les billets du mois de septembre 2008
   


 
 

:

En ce jour du mardi 2 septembre 2008, C’est un temps où l’on mesure, Pascal, hé oui. Quelle était la vitesse des vents, hier à la Nouvelle-Orléans, et puis les Européens ont-ils bien escaladé leur sommet sur la Géorgie ?, tout était hier une question de mesure. Vous en parlez aujourd’hui, j’en parlerai demain.
La glande thyroïde se mesurait hier aussi à Lambusart, entité de Fleurus, à un coup de fusil, on va dire à un kilomètre, de l’IRE, l’Institut national des radios éléments dont on a insuffisamment noté, me semble-t-il, qu’il a pris ses quartiers rue de l’Espérance…
L’IRE, nous a fourni l’un de nos derniers feuilletons de vacances, avec rebondissements et climax. Du vrai storytelling, comme l’on dit maintenant que l’information se raconte comme une histoire. On sait bien, voyez la Géorgie justement, que les périodes de crise engendrent facilement des guerres de la communication avec leurs faux-semblants, leurs chausse-trapes et leurs pièges. Hé bien, on dirait que nous en en avons vécu à Fleurus une sorte de succédané, une bataille si l’on ose, où le risque pour les populations commence par être nul et où l’on se retrouve quelques jours plus tard à se faire examiner le larynx.
Je vais vous dire, Pascal, dans la multitude des choses approximatives que nous avons dû entendre ces jours derniers, il y en a une qui continue de laisser perplexe. (...)