Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Même mon « dictionnaire des mots rares et précieux » ne le reconnaît pas pour sien. C’est un mot dialectal ainsi que me l’ont fait remarquer des auditeurs et l’on ne peut que s’honorer que le CEP remette ainsi à l’honneur des mots oubliés ou inconnus autant que des parlers régionaux ou vernaculaires et que l’on ne compte pas sur moi pour m’élever contre la nouveauté que représente l’irruption de l’insolite et de l’improbable dans la langue française, surtout à l’âge tendre.
Ainsi, à mes propres enfants qui m’ont plus souvent qu’à leur tour questionné sur la difficulté de l’orthographe, je répondais souvent : « C’est rien, les filles, l’orthographe c’est juste un truc que la langue française a trouvé pour vous expliquer que les choses ne sont pas simples, sur cette terre. Si les choses étaient simples, les gens iraient mourir dans les cimetières. Or, les gens ne vont pas mourir dans les cimetières. Donc l’orthographe est compliquée ».
Or donc, sachant désormais que le tordoir est un rieu, qu’il me soit loisible de vous parler le français de chez moi et de vous poser cette question : « Sous le ciel vos laitues naissent-elles ? ». Et j’ajouterais bien sûr : « Si vos laitues naissent, vos navets naissent… ». Si vous n’avez rien compris à ce langage pourtant très pur, c’est peut-être que vous avez oublié que l’ blé s’moud et qu’ l’habit s’coud. Vous irez vérifier si vous voulez la véracité de la chose sur le blog. Et si vous ne me pardonnez pas cette blague de potache, pourtant bien de saison, sachez qu’en plus, non, rien de rien, rien, je ne regrette rien. Allez, belle journée et puis aussi bonne chance.