Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2008
   


 
 

:


En ce jour du mercredi 18 juin 2008,
J’ai comme l’impression, Pascal, que notre été sera médiéval. Je veux dire, je vous parlais hier de cette marche des gueux traversant le royaume de France, fille aînée de l’église ; je vous disais un mot, la semaine dernière, des gens que l’on met au secret dans des culs-de-basse-fosse ; il faut aussi que l’on dise quelque chose de cette travée dans la forêt de Soignes, de ces quelques arpents de hêtraie domaniale, de ces quelques aunes de bois ducaux, de ces quelques lieues de bocages seigneuriaux, de cette forêt séculaire donc, que l’on voudrait aujourd’hui rebaptiser couloir.
Au bistrot du coin, avant-hier, l’on se demandait si c’est par là que passeraient désormais le grain et le houblon pour ravitailler Bruxelles. Déjà que l’on vient de rénover la Porte de Hal, dernier vestige de la deuxième enceinte bruxelloise, on se verrait bien en guetteurs et en sentinelles, la tête tournée vers le nord, à héler « qui va là » et à observer de nos remparts la scission de BHV — Hal nous sommes à ta porte et Bruxelles à tes pieds : qu’on nous donne un flandrin et puis nous verrons bien !
Au bistrot du coin, on a cru au début à une bonne vieille blague comme seuls savent en raconter les gens qui ont inventé le 107 quater. (...)