Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2008
   


 
 

:

En ce jour du vendredi 13 juin 2008, Avec le sentiment, Pascal, que les identités ne connaissent pas de frontières. Ça vous paraît peut-être curieux dit comme ça. Mais regardez un peu autour de vous, tournez-vous vers le sud et observez l’identité française. Et voyez comme elle frémit, comme elle bout, comme est en colère. Car voilà, à partir de 2009, les nouvelles plaques d’immatriculation hexagonales ne comprendront plus le numéro du département de résidence. Plus de 08 derrière les Ardennes, de 75 derrière Paris, de 83 derrière le Var, de 22 derrière les Côtes d’Armor et pire, plus de 976 derrière Mayotte. Juste deux lettres suivies de trois chiffres et à nouveau deux lettres, le tout en noir sur fond blanc. D’un classicisme confondant. Comme si une nouvelle exception française venait littéralement de s’effacer…
Un fronde s’en est suivie qui est une fronde populaire mais aussi mandataire. 180 parlementaires, députés comme sénateurs, ont fondé une association qui s’y oppose : « Jamais sans mon département ». Des tas d’élus plus locaux, conseillers généraux, conseillers régionaux ou maires, les y ont rejoints : en tout près de 12.000, dans un pluralisme parfait. Le sociologue Jean Viard, dans une interview récente, attribue cette initiative de nouvelles plaques aux « élites européennes déterritorialisées ». On l’aime bien Jean Viard, mais pourtant il se trompe et dans cette affaire, il faut rendre à Paris ce qui appartient à Matignon. (...)