Lautresite, le jour, les billets du mois de juin 2008
   


 
 

:


En ce jour du lundi 9 juin 2008,
Avec le sentiment, Pascal, de parler parfois pour ne rien dire. Regardez, on n’a pas mégoté son temps, la semaine dernière, sur cette antenne, pour vous faire vivre ce qui se passait à Rome, au sommet des Nations unies sur la sécurité alimentaire. Au total, au terme de la semaine, rien pourtant. Tant de paroles et chacun en aura abusé, de son temps de parole…
On dit dans ces cas-là que la montagne a accouché d’une souris, c’est ce qu’on dit. On ne sait pas au juste pourquoi les montagnes accouchent de souris, on ne sait pas d’ailleurs, d’ordinaire, que les montagnes accouchent, on ne connaît pas d’enfants aux montagnes… On connaît des dos, cependant, dans lesquels l’on fait des enfants et l’on connaît des pieds tout autant où l’on se tire une balle. Donc, pas un radis pour les affamés du monde. Mais on a mis, entend-on ici et là, le sujet sur la table et c’est déjà ça. Mettre la faim sur la table augure en effet de jolis menus. Vous reprendrez bien un peu de disette du Zimbabwe ? Et cette pénurie capverdienne, quelle saveur. Quant à cette famine haïtienne, vous m’en direz des nouvelles. 30 milliards de dollars, demandait l’ONU et on a fait comme à Bastogne, on a dit « Nuts ». On sait comment leur parler, nous, aux pauvres. (...)