Lautresite, le jour, les billets du mois de avril 2008
   


 
 

:


En ce jour du mercredi 23 avril 2008,
Comment appelle-t-on en chinois le boycottage des magasins Carrefour ? On appelle ça des actes individuels radicaux. C’est beau comme de l’antique. Et cela vient nous rappeler qu’à boycottage, ben, il y a boycottage et demi. Les choses ne viennent jamais par où on les attend. C’est ainsi. Et voilà qu’une légende urbaine, une rumeur, une désinformation médiatique — le groupe Carrefour qui soutiendrait le dalaï-lama, pourquoi ? — nous fait nous ressouvenir qu’il n’existe pas, en vérité, chose plus organisée que la spontanéité.
Mais qu’est-ce que c’est, exactement, qu’un acte individuel radical ? C’est par exemple de brandir un drapeau français flanqué de la croix gammée sur lequel on aura écrit : « Jeanne d’Arc est une prostituée, Napoléon un pervers, la France est nazie et que la Corse soit libre ! ». Ah, la mondialisation a du bon qui traduit le local en mode universel. Il faudra voir, demain, que Jean-Guy Talamoni soit fait citoyen d’honneur de la ville de Pékin.
Le pdg de Carrefour marchait sur des œufs, il y a quelques jours, en donnant une interview au Journal du dimanche. D’un côté, il disait que son groupe « ne s’impliquait jamais dans les affaires politiques ou religieuses des pays où il est implanté ». (...)