Lautresite, le jour, les billets du mois de avril 2008
   


 
 

:



En ce jour du mercredi 16 avril 2008,
Pour tout vous dire, Serge, je n’étais pas très content de mon billet d’hier. Je l’ai trouvé sentencieux. Ni agréable à écrire ni plaisant à lire. Et puis aussi un peu rapidement pensé si vous voulez mon avis. Mais bon, vous savez, les conditions d’écriture sont aussi météorologiques et vous aurez remarqué que le temps lundi, quand je l’ai écrit, était passablement maussade. Le temps déteint sur les feuilles de papier et encore heureux qu’on va vers l’été.
Et vous allez me dire, qu’est-ce que vous avez à vous appliquer une autocritique que personne ne vous a demandée ? Mais, c’est ainsi. On pense de temps en temps qu’il n’est pas inutile de se regarder dans les yeux. Pour autant me direz-vous que l’on puisse jamais se regarder dans les yeux. Vous connaissez la question philosophique héritée du duc de la Rochefoucauld, ce pessimiste amateur d’aphorismes et de maximes du 17ème siècle: « Quelles sont les deux choses qu’un homme ne peut regarder fixement ? ». Il faut répondre la mort et le soleil. Un jeune impétrant de mes amis, facétieux et plein de bon sens, avait répondu : « son cul » mais ça ne figurait pas dans le bon corpus.(...)