Lautresite, le jour, les billets du mois de avril 2008
   


 
 
Ces chroniques sont diffusées à 7h15 tous les matins sur "Matin première" RTBF.

Ecouter la chronique du jour sur le blog de "Matin première".

Il y a autre chose. Ces guerres de Yougoslavie ont fait un usage du corps de l’ennemi que l’on n’avait pas vu dans l’histoire depuis longtemps et que l’on retrouvera peu de temps après au Rwanda. Je veux dire, et c’est évidemment inaudible à cette heure du matin, qu’il ne suffisait pas de tuer l’ennemi, il fallait encore qu’une fois mort son corps soit humilié, mutilé, décapité, énucléé, bref qu’on lui retire toute qualité d’humain pour l’amener à l’état de monstre. Il n’est pas étonnant qu’au terme de ces guerres, on en soit venu à mutiler le corps vivant. Le corps considéré comme du matériel humain, ce n’est pas vraiment une nouvelle nouvelle, hélas…
On peut donc craindre que ces affirmations se vérifient. De toute manière, le pire est déjà fait. L’on voit déjà sur Internet rejaillir les haines et il y est question d’effacer très vite les crimes serbes soudainement minimisés. C’est pourquoi il n’est pas inutile que Carla del Ponte rappelle dans son livre que son principal échec aura été de n’avoir pas pu arrêter Mladic et Karadzic.
Carla del Ponte est suisse. Elle est même devenue ambassadrice de Suisse en Argentine. La Suisse se trouve parmi les pays qui ont beaucoup plaidé pour l’indépendance du Kosovo. La Suisse considère que les propos de Madame Del Ponte sont incompatibles avec son statut de diplomate. Le ministère des Affaires étrangères refuse à Carla del Ponte le droit de faire la promotion de ce livre. C’est curieux tout de même, hier nous parlions d’embargo et de commerce, on parle ici de la même chose sauf qu’il s’agit de morale et d’éthique. Soyons déjà certains, cependant, que l’astreinte sera beaucoup plus élevée. Allez, bonne journée et puis aussi bonne chance.